MIGUEL RIO BRANCO ŒUVRES PHOTOGRAPHIQUES 1968-1992

DU 16 SEPTEMBRE AU 6 DÉCEMBRE 2020
  • Slip rouge

    Miguel Rio Branco, Rio de Janeiro, 1979

  • Smoking eyes 

    Miguel Rio Branco, Salvador de Bahia, 1979

  • Ice & pic

    Miguel Rio Branco, Mexique, 1985

  • Blue Tango

    Miguel Rio Branco, Salvador de Bahia, 1984

  • Le rond et le pied caché

    Miguel Rio Branco, Mexique, 1985

  • Mona Lisa

    Miguel Rio Branco, Luziânia, 1974

LE BAL présente le travail photographique de la première période (1968-1992) de l’artiste brésilien Miguel Rio Branco, figure majeure de l’art contemporain dans son pays, connu dans le monde entier pour ses installations et oeuvres multimédia

De ses débuts en noir et blanc à New York en 1970, où son attention se porte sur les quartiers déshérités de la ville, à son travail couleur essentiel réalisé au Brésil notamment à Salvador de Bahia, jusqu’aux images du Mexique au milieu des années 1980, l’exposition restituera l’évolution de son regard photographique, intrinsèquement lié à sa pratique picturale.
« Je ne suis pas un coloriste comme Matisse, ma vision est plus sombre, à la manière de Goya » dira Miguel Rio Branco.
Dépassant une simple lecture formelle de son travail, le choix des oeuvres - pour la plupart tirages d’époque jamais exposés en France - mettra en avant les télescopages permanents de matières et de gestes opérés dans ses images. Auscultant les corps et leur inscription dans l’espace, rendant visibles les marques du temps et des structures sociales, ses images rendent compte d’une vision viscérale immergée dans la noirceur et la violence de son temps.

« Seul un petit nombre d’entre nous, au milieu des grands agencements de cette société, se demande encore naïvement ce qu’ils font sur le globe et quelle farce leur est jouée. Ceux-là veulent déchiffrer le ciel ou les tableaux, passer derrière ces fonds d’étoiles et ces toiles peintes, et comme des mioches cherchant les fentes d’une palissade, tâchent de regarder par les failles de ce monde. »
— George Bataille

Biographie

Miguel Rio Branco (né à Las Palmas en 1946) est un artiste brésilien (photographe, peintre, cinéaste et créateur d’installations multimédias) vivant et travaillant à Rio de Janeiro.
En 1966, il étudie au New York Institute of Photography et en 1968 part étudier à la School of Industrial Design de Rio de Janeiro. Entre 1970 et 1972, il travaille à New York en tant que réalisateur et chef opérateur, puis réalise dans les années qui suivent plusieurs long et court-métrages expérimentaux. Parallèlement, il commence à exposer ses photographies dès 1972.

Il devient à partir de 1980 correspondant pour Magnum Photos et son travail photographique est publié dans de nombreuses revues (Aperture, Stern, Photo Magazine).
Considérant le livre comme un support d’expression essentiel, il conçoit de nombreux ouvrages dont Sudor Dulce Amargo (Fondo de Cultura Económica, Mexico City,1985), Natka (Fundação Cultural de Curitib, 1996), Silent Book (Cosac & Naify, 1997), Miguel Rio Branco (Aperture, 1998) et Maldicidade (Taschen, 2019).

Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles, parmi lesquelles Beauty, the Beast à l’Art Institute of Boston en 2003 ; Plaisir de la douleur à la Maison Européenne de la Photographie à Paris en 2005 ; Solo au Kulturhuset Stockholm en 2011 ; Miguel Rio Branco: Nada Levarei quando morrer au Museu de Arte de São Paulo en 2017 ainsi que Miguel Rio Branco à l’Institut Moreira Salles de São Paulo en 2020.
Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections publiques et privées européennes et américaines, notamment : Museu de Arte Moderna do Rio de Janeiro ; Museu de Arte de Sao Paulo ; Centre George Pompidou, Paris ; San Francisco Museum of Modern Art ; Stedelijk Museum, Amsterdam ; Museum of Photographic Arts, San Diego ; MoMA, New York.
 

En savoir plus

Infos pratiques

Des visites de l'exposition sont proposées gratuitement sur présentation du billet d'entrée.

Commissaires  : Alexis Fabry et Diane Dufour

Un texte inédit Le Couteau par terre, de Jean-Pierre Criqui, conservateur au service des collections contemporaines du Musée national d’art moderne, sera publié dans le livre accompagnant l’exposition (co-édité par Toluca Éditions, LE BAL et RM).

La programmation du BAL reçoit le soutien de la Ville de Paris et de la Région Île-de-France

Partenaires médias : ArtpressFrance CultureL’Œil de la PhotographiePolka MagazineSlash/

Avec le concours de l’Ambassade du Brésil en France

L’exposition se prolonge en novembre, Gare de l’Est, avec une installation inédite de Miguel Rio Branco présentée par SNCF Gares & Connexions et LE BAL.

L’installation est produite en partenariat avec Initial labo.

Partager

Aller plus loin