Hannah Darabi

Rue Enghelab, la révolution par les livres, Iran 1979-1983
Du 10 Janvier au 11 Février 2019
  • Le récit de la victoire (couverture), ouvrage collectif ; édité par : Ministère de l’orientation islamique, 1983
  • ©  LE BAL / Matthieu Samadet

  • La révolution des tulipes. Mémoires des martyrs, photographes inconnus ; édité par : Association des services islamiques.
  • ©  LE BAL / Matthieu Samadet

  • The imposed war, Defence vs. Aggression (couverture) volume I, ouvrage collectif ; édité par : Quartier général de l’information sur la guerre, Conseil suprême de la défense de la République islamique d’Iran, 1983
  • Reconstructions, Hannah Darabi, 2018
  • Fragment de Reconstructions 2 : Révolution 1978-1979, Hannah Darabi, ©  LE BAL / Matthieu Samadet
     

  • Reconstructions, Hannah Darabi, 2018
  • Reconstructions, Hannah Darabi, 2018
  • ©  LE BAL / Matthieu Samadet

Pour Performing Books #2, LE BAL présente la collection exceptionnelle de la photographe iranienne Hannah Darabi. Cette collection rassemble un ensemble de livres politiques et de photographies publiés au moment de la révolution iranienne présenté pour la première fois au public. 

À l'occasion du 40e anniversaire de la révolution iranienne, LE BAL présente le projet de l'artiste Hannah Darabi autour de sa collection de livres photographiques et politiques. Publiés en Iran entre 1979 et 1983, courte période de relative liberté d’expression correspondant à la fin du régime du Shah et aux débuts du gouvernement islamique, ces livres témoignent d’une ébullition politique intense et du vent nouveau soufflant sur la photographie iranienne. Cette période, fondamentale pour comprendre l’histoire de ce pays au 21e siècle, est décryptée par Chowra Makaremi, anthropologue et chercheuse au CNRS. Afin de proposer une autre lecture de cette collection, Hannah Darabi, dans un travail personnel intitulé Reconstructions, fait dialoguer ces livres avec des photographies contemporaines de sa ville natale, Téhéran, et des images vernaculaires (photos de famille, images des médias ou cartes postales).

" LE TITRE RUE ENGHELAB RENVOIE À CETTE RUE DE TÉHÉRAN QUI CONCENTRE UN NOMBRE IMPORTANT DE LIBRAIRIES ET DE MAISONS D’ÉDITION. LE MOT « ENGHELAB », QUI EN PERSAN SIGNIFIE « RÉVOLUTION », FUT CHOISI POUR DÉSIGNER CETTE RUE PEU APRÈS LES ÉVÉNEMENTS DE 1979. " — Hannah Darabi

UNE HISTOIRE POLITIQUE DES LIVRES

La période de tumultes mais aussi de fragilité du pouvoir, comprise entre la fin du règne du Shah, en 1977, et la solidification de l’État post révolutionnaire en 1983, offre dans l’histoire contemporaine iranienne un contexte unique de liberté dans la production et la diffusion des livres. En des temps où les technologies audiovisuelles n’ont en rien la souplesse, la facilité d’usage et de diffusion d’aujourd’hui, ces ouvrages vont devenir des acteurs majeurs de la scène politique et sociale. Cette période à cheval entre deux régimes nous invite à regarder la société iranienne en nous affranchissant de la césure nette de la révolution qui marque l’histoire de ce pays.

Loin des lectures a posteriori de l’histoire, ce moment d’incertitude, où tout perd de son évidence (la chute prochaine du Shah, la nature de la République islamique à venir), est un laboratoire où s'expérimentent de nouvelles façons d’articuler activités artistique, intellectuelle et politique. Cette activité foisonnante et anarchique brise toutes les règles éditoriales et riposte contre la censure en même temps qu’elle rend matériellement palpable le climat politique étouffant par l’amateurisme et le bricolage auxquels elle accule les opposants.

La boulimie de lecture atteste du mouvement double et parfois ambivalent qui anime une génération : le désir d’ouverture au monde extérieur et d’affirmer une identité iranienne « moderne » indépendante des impérialismes. Ces quelques années occupent une place à part dans l’histoire éditoriale du pays. Jamais le livre ne fut et ne sera aussi libre que durant cette période. Et pourtant, au même moment, le livre devient peu à peu un instrument de propagande politique, et l’édition le laboratoire où s’expérimentent toutes les formes de diffusion d’émotions, d’idéologies et d’opinions. Après la révolution, la propagande du nouveau régime accorde une place plus importante que jamais à l’iconographie. L’image, omniprésente, en couleur, devient le fer de lance de la construction idéologique.  

— Chowra Makaremi

" LES LIVRES, OUTILS DE RÉSISTANCE INTELLECTUELLE, SONT AUSSI LA TRACE DU POUVOIR RÉPRESSIF CONTRE LEQUEL ILS LUTTENT. " — Chowra Makaremi

Biographies

Artiste photographe iranienne née en 1981 à Téhéran, Hannah Darabi a étudié à la Faculté des Beaux-Arts de Téhéran, puis à l'Université Paris VIII Saint-Denis.

En savoir plus

Chowra Makaremi est anthropologue et chercheuse au CNRS.

En savoir plus

La presse en parle

« Laboratoire de la pensée, les livres ont été témoins et acteurs du changement politique. Car si l’on retient de cette période la fin de l’autoritarisme du chah et la victoire du régime des mollahs, ce fut aussi une époque utopique où tout était encore possible, entre une révolution marxiste et une révolution islamiste. »

En savoir plus

« La révolution iranienne commence comme toute révolution par une interdiction d’interdire. C’est un moment d’effervescence éditoriale,— précédé par une montée en puissance de l’activité éditoriale clandestine. Cette libération des images et des textes constitue le cœur de l’exposition. »

En savoir plus

« Aux quatre coins de l’espace d’exposition l’artiste a fabriqué des murs d’images et de mots pour livrer sa vision d’être iranienne aujourd’hui. Ces murs portent le regard d’une femme qui cherche à redonner vie à la mémoire collective qui est intimement liée à son histoire personnelle. »

En savoir plus

L'exposition s'achèvera le lundi 11 février, date anniversaire de la révolution iranienne, par une journée de débats et de conférences coordonnée par Chowra Makaremi. Elle est accompagnée d’un livre co-édité par LE BAL et Spector Books conçu par Hannah Darabi avec la contribution de Chowra Makaremi. 
Ce livre a reçu le soutien du CNAP. 

Exposition réalisée avec le soutien du Conseil européen de la recherche. 

logo_erc-flag_eu_.jpg

L’exposition a également reçu le soutien du Ministère de la Culture dans le cadre des actions du BAL en faveur de la jeune création.  

logo_ministere_culture.jpg

PERFORMING BOOKS, format exploratoire, à l’initiative du BAL Books, présente chaque année en janvier une collection de livres réunie par un artiste, un chercheur ou un amateur autour d’une thématique précise. Débats, performances, workshops, concerts : en activant la collection pour se confronter aux questionnements qu’elle suscite, LE BAL se transformera en laboratoire de recherche autour du livre. Le livre en tant que geste politique est ici le vecteur d’une réflexion critique sur notre société.

Partenaires médias :  Art PressFrance Culturei-D MagazineL’Œil de la PhotographiePolka MagazineSlash/Télérama, The Eyes

Partager

Autour de l'expo

Penser la révolution iranienne au temps présent

Journée d'étude À L’OCCASION DES 40 ANS DE LA RÉVOLUTION

Lundi 11 février 2019 - de 10h à 18h

Une révolution par l'image

Débat avec Sorour Kasmaï, Morad Montazami et Hannah Darabi

Vendredi 11 janvier 2019 - 20h

Contre-mémoires : l’histoire en mode mineur

Discussion avec Chahla Chafiq et Chowra Makaremi.

Vendredi 18 janvier 2019 - 20h

Absent.e.s et survivant.e.s : documenter l’effacement

Discussion avec Emmanuel Alloa, Karima Lazali et Bahar Madjzadeh

Jeudi 31 janvier 2019 - 20h

Le cinéma iranien après la révolution

Débat-projection avec Agnès Devictor et Nader Takmil Homayoun

Vendredi 25 janvier 2019 - 20h

Thomas Demand : The Complete Papers

Rencontre & Signature

Jeudi 10 janvier 2019 - 19h

HANNAH DARABI

RUE ENGHELAB, LA RÉVOLUTION PAR LES LIVRES. IRAN 1979/1983

Aller plus loin