Stéphane DUROY

Again and again
Du 6 janvier au 9 avril 2017

 

“On photographie des choses pour se les chasser de l’esprit. Mes histoires sont une façon de fermer les yeux.” Franz Kafka

 

Et si l’œuvre de Stéphane Duroy était un exil ? Après quarante années d’un périple obsessif sur les traces de la vieille Europe jusqu’aux Etats-Unis, Stéphane Duroy semble aujourd’hui poussé par un vent de renouveau, vers une pratique photographique emmenée toujours plus loin d'elle-même.

L’Europe du Silence, travail fondateur initié dans les années 1980, s'impose comme la tentative, décisive dans son parcours, de partir à la rencontre de la grande Histoire : Douaumont, Berlin, Auschwitz, Lodz… Construite dans un mouvement au long cours, cette série consigne la vision d’un homme à la recherche de son identité et de la mémoire d’une Europe ébranlée par deux conflits mondiaux et de multiples dérives totalitaires. Stéphane Duroy en livre un récit fragile, emprunt de poésie et d’inquiétude, dont l'esthétique granuleuse et opaque se mêle au poids du temps et aux silences obscurs des paysages. Paraît en 2000 le livre du même nom, épuré et radical, en 20 images. 

Depuis 1977, il affronte aussi une autre réalité. Celle de l’humain, des laissés pour compte, des ouvriers et des marginaux plongés dans la détresse d’une Angleterre Thatchérienne en pleine mutation. Le livre Distress (paru tardivement en 2011), est l'aboutissement d'une plongée de plus de trente années dans un pays profondément meurtri.

Progressivement et inexorablement, le regard de Stéphane Duroy se déporte. Sur les traces des exilés européens, il se tourne vers leur terre d’accueil, les États-Unis, réceptacle d’une mémoire collective fuyant les stigmates de son passé. De New York au Montana, il marche alors sur les pas d’immigrés arrivés en Terre promise en quête de nouveaux départs. Confronté à une version désenchantée du « rêve américain », il rapporte des images d’une grande mélancolie et d’une extrême sobriété, et publie en 2007 le livre Unknown. Dans ce va-et-vient permanent entre une Amérique qu’il ne cesse d’ausculter et l’Allemagne, cœur de ses obsessions, Stéphane Duroy construit son imaginaire.  

À partir de 2009, il se détache peu à peu de la photographie et met en place un autre processus de travail : collages, coupures de presse, photographies anonymes, peintures, ratures et déchirures, viennent nourrir et malmener des dizaines d’exemplaires de son livre Unknown, l’aidant à dépasser une surface photographique devenue trop pauvre à son goût.  Par ce geste quotidien de destruction et de reconstruction, par l’ajout de couches de matières successives, il procède, tel un palimpseste, à un effacement de l’image. Ces livres-objets deviennent les catalyseurs de ses obsessions. Cette tentative d’épuisement du livre et de ses propres images permet à Stéphane Duroy d’aller au-delà de sa photographie, d’en casser les codes et d’explorer de nouveaux territoires d’expression. Témoin d’un monde devenu irrespirable, il déracine son langage. 

Fannie Escoulen

 

                                       gifexpoevolutivesite.gif
 
L'exposition Stéphane Duroy - Again and Again est évolutive à l'image du travail de l'artiste. Rendez-vous le 29 mars pour découvrir une nouvelle intervention sur les murs ! 
 
Teaser de l'exposition

Matthieu Samadet / Goodbye Bucephale (Vidéo) © Michel Henritzi (Musique)

La presse en parle

« Stéphane Duroy s'est créé un théâtre mental à travers des obsessions. Dans son cas, la photographie est un imaginaire personnel, plein de lourds silences et de forces invisibles. »
« La trentaine d'ouvrages ainsi modelés déroule une ritournelle obsédante sur le chaos de l'Europe et ses conséquences sur la nature même de l'Amérique: une nation d'exilés, d'exclus coupés de leurs racines, paumés, fuyant la réalité, prêts à toutes les aventures, dont la dernière n'est autre que l'élection de Donald Trump. »

En savoir plus

« Le travail de Stéphane Duroy rend compte de l'oublié et de l'inoubliable, de l'exil et de l'impossible départ, du déracinement et de l'ancrage. »
« Une manière surprenante d’épuiser l’image. »
« In Duroy’s universe, there is no stability, only, as he says, a “closed theater” of struggles between power and failure, hope and duplicity.»

En savoir plus

« Comme un lointain écho à Georges Perec qui s'amusait à épuiser un lieu parisien en en consignant tous les détails, cette tentative d'épuisement de son propre livre conduit Stéphane Duroy au-delà de la photographie, dans un espace mental obsédé par l'écoulement du temps dont les images échouent à saisir l'épaisseur. »

En savoir plus

« Stéphane Duroy ha encontrado su voz en la fotografía ahondando en la consciencia histórica. En unas huellas que se tornan cicatrices y que evidencian aquellos errores y pautas que se repiten una y otra vez en nuestra historia. »

En savoir plus

« Entreprise totalement inédite, « Unknown, tentative d'épuisement d'un livre » est déjà riche d'une vingtaine de variations, autant d'ouvrages uniques qui tricotent archéologie intime et soubresauts du monde. »

Commissaires : Fannie Escoulen et Diane Dufour
En partenariat avec : anthea associates
Exposition organisée dans le cadre du Mois de la photo Grand Paris 2017
L'exposition se prolonge chez LEICA, du 5 janvier au 8 avril, 105-109 rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris

Avec le soutien de Circad, DuffayLEICA, Picto Foundation
Partenaires médias de l'exposition : Artpress, Nova, L’œil de la photo, Parisart.com, Polka, Slash/Télérama, Time Out Paris

Partager

Autour de l'expo

Les plis du temps

Cycle cinéma autour de Stéphane Duroy - Again and Again

DU 21 FÉVRIER AU 21 MARS

Matérialismes à l’œuvre

Cycle organisé par L’École normale supérieure, l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3 et le BAL

DU 19 JANVIER AU 22 JUIN

B-B-B-Books

25 Lemon Trees, No Gardeners : Lancement & Signature

jeudi 2 mars à 20h

Focus BAL Books #2 : ROMA

Jeudi 9 mars à 20h

Matières radioactives

Débat-projection

Jeudi 16 mars à 20h

La scène noise japonaise au BAL

Concert / Taku Sugimoto et Junko

samedi 18 mars à 20h

Duo performé de DD Dorvillier et Catherine Meurisse

Vois-tu celle-là qui s'enfuit

jeudi 23 mars à 20h

Le Golem : la matière s'anime

Débat-projection

jeudi 6 avril à 20h

UNKNOWN

TENTATIVE D'ÉPUISEMENT D'UN LIVRE