S'il y a lieu je pars avec vous

SOPHIE CALLE / JULIEN MAGRE / STÉPHANE COUTURIER / ALAIN BUBLEX / ANTOINE D'AGATA
Du 11 septembre au 26 octobre 2014
  • Sophie Calle/Adagp, Paris, 2014, Courtesy the Artist & Galerie Perrotin

  • Martin Argyrolo

  • Stéphane Couturier, courtesy Galery Polaris

  • Martin Argyrolo

  • Julien Magre

  • Martin Argyrolo

  • Alain Bublex/Adagp, Paris, 2014, Courtesy Galerie GP&N Vallois, Paris

  • Martin Argyrolo

  • Antoine d’Agata / Galerie Les Filles du Calvaire / Magnum Photos

  • Martin Argyrolo

  • Martin Argyrolo

  • Martin Argyrolo

« L’autoroute est une boucle. D’un point de départ, on y revient toujours. Voilà cinq artistes partis sur la route à l’invitation du BAL. À la recherche d’une histoire, souvent la leur. L’autoroute, anonyme et pourtant si familière, devenue leur territoire de création, le terrain du «je».

Sophie Calle s’y installe, le temps d’une nuit. Elle nous attend cabine 7 du péage de Saint-Arnoult. Elle demande, à qui veut bien l’entendre : Où pourriez-vous m’emmener ? Est-ce loin ? Que quittez-vous ?... D’étranges voisins, surgis des écrans de surveillance, semblent vouloir lui répondre.

Julien Magre voyage toujours en famille. Caroline, sa femme, une carte à la main, Louise et Suzanne ses deux filles, à l’arrière de la voiture, embarqués pour un road movie entre rêves, apparitions et hallucinations... Qu’avons-nous vu cette nuit-là ?

Stéphane Couturier est observateur. Il réinvente le paysage classique en prélevant une portion de l’espace terrestre. Fragmentés, fractionnés, recomposés, sa route et ses morceaux de champs, de ponts, de chemins et d’habitations existent bien mais comment la lire dans cette déconstruction visuelle organisée?

Alain Bublex dans sa voiture. Ensemble, ils arpentent depuis bien longtemps déjà le bitume. Se dessinent alors des horizons artificiels et des aplats trompeurs. Des paysages plein d’artifice pour nous emporter, nous troubler, nous bercer d’illusions. Car la réalité de Bublex ne semble pas être précisément celle que nous voyons... la vraie vie est ailleurs?

Enfin, Antoine d’Agata, parti sur les traces de ses origines. Paris-Marseille-Nice, la frontière italienne. Un journal, 36 jours sur la route, des rencontres, des retrouvailles, familiales et intimes, une histoire en train de se ré-écrire. Notes autobiographiques, fragments de paysages, de mémoires et de vies. En reviendra-t-il ?

Pour tous, assurément, une invitation à se trouver, à se perdre... s’il y a lieu. »

Diane Dufour et Fannie Escoulen
Commissaires

 

 

LE BAL et les Éditions Xavier Barral co-éditent l'ouvrage S'il y a lieu je pars avec vous. Conçu comme un véritable objet de collection, ce livre est édité à 500 exemplaires, numérotés et signés. Ce livre d’artiste, publié à l’occasion de l’exposition éponyme au BAL, regroupe 183 photographies, collées à la main sur leur l’extrémité supérieure et pouvant être soulevées pour découvrir le texte.

La presse en parle

« Les commissaires de « S’il y a lieu, je pars avec vous » nous offrent un contre-pied »
« Antoine d’Agata livre une œuvre majeure et parfaitement aboutie, une œuvre existentielle, comme toujours, puisque le photographe a fait le chemin Paris-Marseille-Nice, sur les traces de ses origines »

L’exposition est présentée avec le soutien de VINCI, mécène fondateur du BAL.

Partager

Autour de l'expo

Les autonautes de la cosmoroute

Rencontre avec Raphaële Bertho

Jeudi 16 octobre 2014 à 20h

« KOLUSKAP NEKOTOK SKIKOMIG... »

Carte blanche à Alain Bublex

Jeudi 9 octobre 2014 à 20h

L'autoroute

Rencontre / Lecture avec Luc Lang

Jeudi 2 octobre 2014 à 20h

Entre photographie et vidéo

Rencontre avec Stéphane Couturier

Mercredi 24 septembre 2014 à 20h

Aller plus loin