Provoke

Entre contestation et performance - La photographie au Japon 1960-1975
Du 14 septembre au 11 décembre 2016
  • Kōji Taki, photographie extraite de Provoke 3, 1969

    Yōsuke Taki / Collection privée

  • Daido Moriyama, sans titre, photographies extraites de la série Accidents(Akushidento),1969

    Daido Moriyama /collection de la Shadai Gallery, Tokyo Polytechnic University

  • Araki Nobuyoshi, sans titre, 1973

    Araki Nobuyoshi / Collection Art Institute of Chicago

  • Portrait de Takuma Nakahira, Shinjuku, 1964 par Shōmei Tōmatsu

    Shōmei Tōmatsu - INTERFACE / Collection Art Institute of Chicago

  • Provoke 3, couverture, 1969.

    Takuma Nakahira / Daido Moriyama / Takahiko Okada / Yutaka Takanashi / Kōji Taki. Collection Privée

  • Anonyme, Contestation autour de l'aéroport de Narita, c. 1969

    Collection Art Institute of Chicago

  • Takuma Nakahira, photographie extraite du livre For a Language to Come (Kitarubeki kotoba no tame ni), 1970.

    Takuma Nakahira/ Collection Privée

  • Martin Argyroglo

  • Martin Argyroglo

  • Martin Argyroglo

  • Martin Argyroglo

  • Martin Argyroglo

« Provoke m’a inspiré. La plupart des gens n’y ont pas prêté attention, mais ce mouvement a eu l’effet d’une bombe. »
— Nobuyoshi Araki 

Première exposition consacrée à la revue japonaise culte qui a bouleversé l’histoire de la photographie, Provoke, entre contestation et performance, propose une analyse transversale de Provoke, de ses artistes, de son contexte historique et de ses liens avec l’émergence des arts performatifs au Japon dans les années 1960. 

Manifeste à la fois esthétique et philosophique, Provoke a opéré une rupture radicale en seulement trois numéros, publiés en 1968 et 1969. Avec Provoke, les photographes Takuma Nakahira, Yutaka Takanashi et Daido Moriyama, le critique Kōji Taki et le poète Takahiko Okada, imposent un nouveau langage visuel, « rough, grainy and blurred » (brut, flou et granuleux), à même de capter la complexité de l’expérience vécue par chacun et les paradoxes de la modernité subis par tous. Parallèlement à l’essor fulgurant d’une société de consommation sur le modèle occidental, le pays traverse pendant dix ans (de 1960 à 1970) une crise identitaire majeure qui se déploie sur de multiples fronts : bases militaires américaines à Okinawa, bataille contre la construction de l’aéroport de Narita, occupation des universités par les étudiants…

Si les membres de Provoke sont engagés sur le plan politique – à l’exception notable de Moriyama  –, tous partagent la conviction que la photographie s’est avérée jusqu’alors incapable de susciter prises de conscience et changements politiques. Pourtant, Provoke s’inspire formellement des stratégies d’autoreprésentation des mouvements contestataires de l’époque : graphisme novateur, séquences suggestives, cadrages abrupts, et dichotomie entre la sophistication de la mise en page et la modestie des matériaux utilisés.

Parallèlement, le mode opératoire et l’esprit de Provoke nourrissent et se nourrissent de l’émergence de la performance au Japon, notamment dans l’espace public. Ses grandes figures, les plasticiens JiroTakamatsu, Genpei Akasegawa , Natsuyuki Nakanishi, Kōji Enokura, le fondateur de l’ankoku butō, Tatsumi Hijikata et le dramaturge Shuji Terayama, contribuent à briser les frontières entre action directe et image, et révèlent la force performative du médium photographique.

L’exposition Provoke, entre contestation et performance rassemble une collection inédite de « Protest Books » édités par des associations d’étudiants, des syndicats, des photojournalistes professionnels et des artistes photographes, des œuvres et performances de collectifs d’artistes qui ont marqué cette période, des interviews avec Daido Moriyama, Nobuyoshi Araki et Eikō Hosoe, ainsi que plusieurs textes inédits d’historiens et chercheurs japonais, américains et européens.

L’exposition et le livre qui l’accompagne sont le résultat de trois années de recherche et de collaboration entre quatre musées internationaux – l’Albertina à Vienne, le Fotomuseum de Winterthur en Suisse, LE BAL à Paris et l’Art Institute of Chicago aux États-Unis et plus de quarante prêteurs, artistes, collectionneurs, musées et galeries dans le monde entier. 

Teaser de l'exposition

Matthieu Samadet - Goodbye Films / LE BAL

La presse en parle

« Et preuve fut faite que les photos peuvent être autre chose qu'une perception tronquée du monde, pour se révéler comme autant d'empreinte du corps, de traces de sa présence au monde. »
« Provoke ? Un mouvement et une revue japonaise, qui compta trois numéros désormais légendaires, et dont émane toute la photographie moderne. »

En savoir plus

« Dans leur laboratoire pirate, Nakahira, Moriyama et consorts vont contraster, décadrer les formes, chercher l’abstraction dans le flou. Leur revue est libre de toute entrave imposée par la photographie d’alors »

En savoir plus

« Leurs images, influencées par la photo de William Klein, le cinéma de Godard, les textes de Camus, leurs visions proches de la voyance, sont de la dynamite. »

En savoir plus

Co-commissaires : Diane Dufour et Matthew Witkovsky avec Duncan Forbes et Walter Moser
Exposition conçue et produite par LE BAL avec l'Albertina (Vienne, Autriche), le Fotomuseum de Winterthur (Suisse), l'Art Institute of Chicago (États-Unis)
Avec le soutien d'ANA - All Nippon Airways,  Toyota/Lexus et Picto.
Partenaires médias de l’exposition : Le Monde, The Eyes, France Culture, Télérama, Beaux-arts Magazine, L’œil de la photo, Mouvement, Nuit et jour (l'Autre quotidien), Paris-art.com, PolkaTime Out Paris

Partager

Autour de l'expo

NO GAME

Cinéma expérimental et documentaire au Japon dans les années 1960

du 27 septembre au 8 novembre 2016 à 20h

Daido Moriyama / Scandalous

Gare de Paris-Est / exposition du 19 septembre au 20 novembre 2016

Derniers jours jusqu'au 20 novembre 2016

Autour de Provoke

Deux journées de rencontres et de réflexion à l’occasion de l’exposition au BAL

samedi 5 novembre de 12h30 à 18h30 et jeudi 10 novembre de 15h30 à 19h45

Ainsi de suite

Dialogue entre Sophie Calle et Marie Desplechin

Jeudi 3 novembre à 20h

Au BAL Books pendant Paris Photo

Rencontres & signatures

Du 9 au 13 novembre 2016

Negative Publicity : Artefacts of Extraordinary Rendition

Conversation avec Edmund Clark et Crofton Black

Vendredi 11 novembre à 20h

Daido moriyama et provoke

Rencontre entre Akio Nagasawa, Jean-Kenta Gauthier et Diane Dufour

Mercredi 16 novembre à 20h

Soirée japonaise autour de Michel Henritzi

Performance et concert avec Yôko Higashi

VENDREDI 9 DÉCEMBRE À 20H

Provoke

Between Protest and Performance

Provoke 1

Summer 1968

Aller plus loin