Corps volatils

Cycle cinéma autour de Noémie Goudal - Cinquième corps
Du 8 mars au 3 mai

Wolkenschatten

Anja Dornieden & Juan David González Monroy, 2014

À partir de films expérimentaux et de films d’artistes issus du catalogue de Light Cone* et de diverses collections, les séances explorent trois pistes ouvertes par les séries photographiques de Noémie Goudal : la présence de constructions inattendues au sein de paysages naturels, une fascination pour le céleste, la création d’un univers brouillant à dessein nos perceptions temporelles.

 

Portrait de lieu : la sculpture / Mardi 8 mars à 20H15

Les sculptures photographiques de Noémie Goudal s’intègrent au sein de paysages inhabituels qui leur confèrent un statut ambigu. Ces espaces naturels prennent alors les attributs d’un décor insolite, hors contexte, presque vidé. Dans Transit of the Megaliths, Nicholas Brooks déploie une stratégie similaire : des constructions géométriques se déplacent au milieu de la campagne anglaise, et font écho aux éléments sculpturaux animés d’une vie propre dans les favelas ou dans des paysages désertiques de l’artiste argentin Miguel Angel Ríos. Chez Ana Vaz, on retrouve ce rapport ambigu avec la réalité, où les ruines d’une architecture digne d’un bâtisseur mégalomane ne sont pas sans évoquer les démesures de l’Égypte ancienne et de ses pyramides.

Per Speculum d’Adrian Paci 2006, vidéo, coul., son, 6’53
Transit of the Megaliths de Nicholas Brooks 2013, vidéo, coul., son, 20’45
Piedras blancas de Miguel Angel Ríos 2014, vidéo, coul., son, 5’
The Ghost of Modernity: Lixiviados de Miguel Angel Ríos, 2012, vidéo, coul., son, 5’
A Idade da Pedra d’Ana Vaz 2013, vidéo, coul., son, 29’

Voyages célestes / mardi 22 mars à 20H15

Depuis la haute Antiquité, les cieux et les corps astraux ont exercé une véritable fascination sur les hommes, et nombreuses ont été les civilisations à tenter d’en sonder les innombrables phénomènes. Le cinématographe n’est pas en reste. En 1937, Jean Painlevé et Achille-Pierre Dufour s’emparent du sujet pour un film éducatif qui tranche avec la vision hallucinée de Tobias Schmücking ou l’observation du sommet Arapahoe dans les montagnes Rocheuses par Stan Brakhage. Dans Observando el Cielo, Jeanne Liotta s’évertua pendant sept ans à dévoiler le ballet cosmique de la voûte céleste.

Voyage dans le ciel de Jean Painlevé et Achille-Pierre Dufour 1937, vidéo, n&b, son, 10’
30 Miles North of Edmonton - July 16th, 1969 de Tobias Schmücking, 2003, vidéo, coul., son, 7’
Observando el Cielo de Jeanne Liotta 2007, 16 mm, coul., son, 19’
...These Blazeing Starrs! de Deborah Stratman  2011, 16 mm, n&b, son, 14’14
Song 27: My Mountain de Stan Brakhage 1968, 16 mm, coul., sil, 23’

Voyage dans le temps / mardi 3 mai à 20H15

Les architectures vulnérables de Noémie Goudal, notamment sa série In Search of the First Line, qui montre des édifices d’un autre âge intégrés dans le béton de décombres industriels, évoquent des ruines modernes, des constructions post-apocalyptiques, la survivance d’un monde englouti. Le cinéma expérimental s’est rarement aventuré sur les terres de la science-fiction et des univers parallèles. C’est pourtant ce que proposent les films de cette séance, qui travestissent les codes de la narration et brouillent les repères temporels par le biais de trois approches bien distinctes : l’usage de photographies anciennes dans Wolkenschatten, l’exploration d’une maison abandonnée aux formes futuristes dans Bubble House et la découverte de quatre îles par Ben Rivers, dont on ne sait pas vraiment si leur existence est bien réelle.

Wolkenschatten d’Anja Dornieden & Juan David González Monroy, 2014, 16 mm, coul., son, 17’
Bubble House de Tacita Dean 1999, 16 mm, coul., son, 9’
Slow Action de Ben Rivers 2010, vidéo, coul. et n&b, son, 40’

-

Remerciements : 
Centre national des arts plastiques
Cinéma du réel et Galerie Akinci

Infos pratiques

Les séances ont lieu au Cinéma des Cinéastes
7, avenue de Clichy - 75017 Paris

Séance : 9,50 euros plein tarif
7,50 euros tarif réduit
séance + exposition au BAL : 11,50 euros

* Créée en 1982, Light Cone est une coopérative de cinéastes dont le but est la distribution, la connaissance et la sauvegarde du cinéma expérimental. Son action concerne aussi bien les formes qu’a connues ce cinéma à travers l’histoire que les recherches les plus contemporaines. Light Cone distribue aujourd’hui près de 4 000 films et vidéos de plus de 600 artistes, aussi bien en France qu’à l’étranger.

Partager

En lien

Noémie Goudal

Cinquième Corps

Du 12 février au 8 mai 2016

Zéro, un, trois, cinq

Trio performé de Edmond Russo & Shlomi Tuizer et Bertrand Schefer

Jeudi 31 mars à 20H

Concert de Borja Flames, Éloïse Decazes & Eric Chenaux

Nacer Blanco

Vendredi 19 février à 20H

Xénoglossie Radio

Concert projection de Vincent Epplay

Jeudi 7 avril 20H

Les voix du soir

Diffusion sonore de Dominique Petitgand

Jeudi 10 mars à 20H

Aller plus loin