FR / EN

JAPON : REPRÉSENTER LA CATASTROPHE

Du 30 avril au 01 mai 2011

© Hirano Aichi, 2011

RENCONTRES

Pendant deux jours, LE BAL invite historiens, anthropologues, critiques et créateurs à s’interroger sur la représentation par les artistes japonais et les media des catastrophes naturelles, technologiques, politiques qui ont marqué l'histoire du Japon.

 

Les 4 tables rondes et les débats reviendront sur le rôle des images produites par les créateurs (photographes, peintres, cinéastes, dessinateurs, écrivains......) et les media (press, Tv, internet...) dans la perception de "ce qui nous arrive" . Au centre de ces 2 journées, les enjeux, notamment éthiques, politiques, historiques des représentations de la catastrophe et de leurs effets sur les spectateurs et citoyens que nous sommes.

 

Entrée payante (don minimum de 5 euros) reversée au profit de la Croix-Rouge japonaise.

 

Réservation impérative : contact@le-bal.fr

(indiquez la rencontre à laquelle vous souhaitez assister)

 

 

Programme des rencontres, au 25 avril 2011

 

Samedi 30 avril / Matin 11h-13h30

 

Introduction de Diane Dufour, directrice du BAL

 

Frédéric Worms, Philosophe / Modérateur de la matinée : Fascination de la représentation par la catastrophe, ou sublimation de la catastrophe par la représentation? Les risques d'une alternative, les enjeux d'une tension, au coeur du présent.

 

Eric Michaud, directeur d’étude à l’Ecole des hautes études en sciences sociales : L’usage fasciste des catastrophes : Ernst Jünger et L’instant du danger (Der gefährliche Augenblick ; Berlin 1931)

 

Jean-Marie Bouissou, directeur de recherche à Sciences Po, spécialiste du Japon contemporain et des mangas : Apocalypses et univers post-apocalyptiques dans le manga depuis la guerre : une parabole aux 1000 usages

 

Ferdinand Brueggemann, Historien de la photographie japonaise : Au-delà d’une possible représentation – la photographie japonaise et la bombe atomique

 

 

Samedi 30 avril / Après-midi 15h-17h

 

Philippe Azoury, critique de cinéma : Les Cinéastes japonais, entre la réminiscence et la hantise de la catastrophe

 

Natacha Nisic, artiste : A propos de la genèse du film « e » (2009)

 

Ivan Vartanian, commissaire d’exposition, spécialiste de la photographie japonaise : 3 mars 2011 : Quelles images après le tremblement de terre et le tsunami ?

 

Dimanche 1er mai/ Matin 11h-13h30

 

Michael Lucken, professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales / Modérateur de la journée : Du tremblement de terre de 1923 aux bombardements de 1945, un enchaînement imaginaire

 

Claude Estèbe, photographe, japonologue et chercheur en histoire visuelle (LHIVIC-EHESS/CEJ) : Le premier Godzilla (1954), le monstre de la catastrophe

 

Xavier Martel, historien de l’art : Cataclysme, ruine : une esthétique

 

Dimanche 1er mai / Après-midi 15h-17h

 

Grégory Quenet, Maître de conférences à l’université de Versailles St Quentin en Yvelines, maître de conférence Histoire environnement à Sciences Po : La tragédie japonaise au miroir de l’histoire. Perspective comparée.

 

Yoann Moreau, anthropologue (EHESS/CNRS) : Le Japon par la fenêtre (médiatique) : tectoniques des images et extrême orientation

 

Ryoko Sekiguchi, poète : Chronique japonaise