Que peut une image?

Le 29 et 30 octobre 2012

Série Athens

Jürgen Nefzger

À partir d'une problématique chaque année renouvelée, ce séminaire transdisciplinaire envisage les enjeux de l'image-document et appréhende ce que peut recouvrir dans toute sa diversité et complexité la notion de document associée à différents champs d'études. Des études de cas sont dispensées par des invités de renom issus de différents champs de la connaissance et de l'histoire des formes.

« Que peut une image ? ». Pour le savoir, peut-être faudrait-il d’abord renoncer à un excès de croyance qui désigne parfois notre relation à elle : la foi en une efficacité immédiate de l’image, comme art ou comme document. Une croyance qui, dans un second temps, se retourne fatalement en un scepticisme caractérisé par le constat que l’image ne peut rien, qu’elle ne change pas le monde, qu’elle est vouée à disparaître dans un flot indistinct de signes visuels. Il ne s’agit pas de dire pour autant que l’image reste dénuée d’effets, au contraire. Mais la question qui donne son intitulé au 4e séminaire automnal devrait être explorée sans chercher à absolutiser les pouvoirs de l’image. Autrement dit, ce que peut une image se comprendra d’autant mieux que l’anticipation de ses effets en sera contrariée. Même si une attention pourra être portée aux stratégies qui entendent façonner l’esprit ou organiser la perception à partir des images mêmes. Il conviendra plutôt, positivement, de privilégier ses puissances d’effraction, de surprise, d’enchantement, dans la diversité des pratiques mobilisées – histoire de l’art, cinéma, droit pénal, photographie, histoire, sciences cognitives, et la parole d’artistes qui viendra relancer ces puissances de l’image.
Dork Zabunyan, modérateur du séminaire

INTERVENANTS

François Bœspflug, dominicain, professeur d'histoire des religions à la Faculté de Théologie Catholique de l'Université de Strasbourg, spécialiste d’iconographie chrétienne
Agnès Devictor, maitre de conférences à l'Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, en histoire du cinéma. Après avoir réalisé sa thèse de sciences politiques sur la politique culturelle de la République islamique d'Iran (1979-1997), elle consacre désormais ses recherches au cinéma iranien et à l'analyse des images de guerre dans la région
Emmanuelle André, maître de conférences en études cinématographiques à l’Université Paris-Diderot. Son travail en cours porte sur le motif de la main et les technologies de la vision au cinéma et dans les arts visuels
Giovanni Careri, directeur du Centre d'Histoire et de Théorie des Arts - CEHTA, directeur d’études à l’EHESS, membre associé au Laboratoire d’anthropologie sociale (EHESS, CNRS, Collège de France) et professeur à l’École des beaux-arts de Lyon. Il est responsable avec Bernhard Rüdiger du groupe de recherche « Art contemporain et temps de l’histoire » (CEHTA-EHESS / École des beaux-arts de Lyon)
Jacques Aumont, théoricien de l’image, professeur émérite en études cinématographiques à l’Université Sorbonne Nouvelle, directeur d’études à l’EHESS, professeur associé à l’École nationale supérieure des beaux arts
Thomas Hirschhorn, artiste suisse
Ada Ackerman, historienne de l'art, chargée de recherches au CNRS (ARIAS)
Bruno Serralongue, photographe
Eyal Weizman, architecte, directeur du Center for Research Architecture au Goldsmiths College de l’Université de Londres
Pierre Cassou-Noguès, philosophe, professeur à l'université Paris VIII
Eric Baudelaire, artiste et cinéaste
Cyril Béghi, critique de cinéma, membre du comité de rédaction des Cahiers du Cinéma

Practical info

Le séminaire a lieu à L'EHESS
École des Hautes Études en Sciences Sociales
105, Bd Raspail 75006 Paris

Gratuit sur inscription
250 places
Les frais de transport, d’hébergement, de restauration ne sont pas pris en charge.

Formulaire de préinscription à envoyer à fabriqueduregard@le-bal.fr avant le 30 septembre 2012.

Share

Related

Que peut une image?

Les Carnets du BAL # 4

Go further