UN ART D’INTÉRÊT GÉNÉRAL, EST-CE POSSIBLE ?

RENCONTRE AVEC Thomas Schlesser, Hervé Aubron, Maxime Bondu et Camille Morineau
Jeudi 1er décembre 2016 à 20h

On the beach, Stanley Kramer, 1959, photogramme

À l’occasion de la sortie de son livre L’Univers sans l’homme, les arts contre l’anthropocentrisme, aux éditions Hazan, Thomas Schlesser, directeur de la fondation Hartung-Bergman et professeur d’histoire de l’art à l’École Polytechnique s’entretient avec Maxime Bondu, artiste, Camille Morineau, commissaire d’exposition et Hervé Aubron, critique de cinéma et rédacteur en chef adjoint du Magazine Littéraire.

Comment les artistes participent-ils et ont-ils participé à aiguiser des prises de conscience politiques, sociales ou philosophiques, qu’elles soient de l’ordre de la critique du progrès, des angoisses métaphysiques, des craintes écologiques, des perspectives du transhumanisme, ou autres fantasmes survivalistes ?

Au travers de son livre, Thomas Schlesser montre comment certaines images artistiques, scéniques, cinématographiques ont œuvré à casser le sentiment de centralité de l’homme depuis deux siècles et demi et en appelle, devant l’urgence des enjeux contemporains, à un art et une histoire de l’art d’intérêt général.

Mais est-ce vraiment possible et selon quels moyens ? Il sera ainsi question au cours de la soirée d’une création contemporaine œuvrant pour l’égalité homme-femme, des avancées de l’intelligence artificielle, et plus généralement de la construction d’un monde plus humain dans une époque qui doute de cette perspective. 

La rencontre sera précédée d'une signature au BAL Books à 19h.

Écouter la rencontre

Practical info

Réservation obligatoire / Jauge limitée 
Renseignements :poret@le-bal.fr
Tarif unique : 6 euros 

Share

Go further