Daido Moriyama

Dès la seconde moitié des années 1960, Daido Moriyama est reconnu comme une figure majeure de la scène artistique japonaise. Il publie chaque mois un portfolio dans le magazine Asahi Camera, sous le titre générique Akushidento (Accident) qui lui permet de développer un corpus d’images " accidentelles " : images détournées, visions chaotiques, voyeurisme … Sur la demande du critique et photographe Takuma Nakahira, qu’il rencontre en 1964, il prend part aux deux derniers numéros de Provoke, publiés en 1969. Shashin yo Sayonara (Adieu photographie), le troisième ouvrage de Moriyama (1972), fait éclater les frontières entre les médiums : assemblage dissonnant d’images variées, floues et brutes, qui sera son ultime interprétation de Provoke.

Partager

En lien

Daido moriyama et provoke

Rencontre entre Akio Nagasawa, Jean-Kenta Gauthier et Diane Dufour

Mercredi 16 novembre à 20h