BUTO CONNEXIONS

Projections, concert, danse, publications, discussion
Vendredi 15 novembre – 20h et samedi 16 novembre 2019 – 20h30

Dans le contexte du Japon des années 1960, marqué par une opposition virulente à la politique gouvernementale et secoué par d’importantes convulsions sociales, Hijikata Tatsumi invente le buto. 

Le corps qui danse le butō est un corps en crise, sans cerveau, privé d’une motricité normale, inspiré en cela de la peinture occidentale (Bosch, Wolz, Bacon), de la danse de Vatslav Nijinsky, des textes d’Antonin Artaud, Jean Genet, Lautréamont, et de la culture japonaise.

Vendredi 15 novembre - 20h
Projections, publications, discussion

La première soirée reviendra sur la figure emblématique de Hijikata Tatsumi et ses multiples connexions artistiques avec le cinéma underground japonais et les artistes comme Natsuyuki Nakanishi ou Eikoh Hosoe. Créateur de l’Ankoku Buto, la danse des ténèbres, l'artiste Hijikata Tatsumi révolutionna la notion de danse moderne à l’aube des années 1960 au japon, imposant un univers fantasmatique et transgressif, renversant les notions d’harmonie ou de beauté chorégraphique. Le chercheur Bruno Fernandès, spécialiste des contre-cultures japonaises du 20ème siècle, présentera une longue introduction au fondateur et aux origines de cette danse révolutionnaire, accompagnée de documents et d'une projection d'extraits de films rares.

Samedi 16 novembre - 20h30
Concert, danse

La seconde soirée mettra en lumière une extension contemporaine de cette danse emblématique du japon d’après-guerre, grâce à Shin’ichi Isohata. La musique du dernier élève de Masayuji « Jojo » Takayanagi (élément perturbateur de la free-music au Japon), est d’une grande amplitude allant de la musique populaire, au classique en passant par le bruit jusqu’au jazz abstrait. Shin'ichi Isohata, tel un moine haïkiste, préfère la raréfaction, la pauvreté à l'accumulation. Il sera accompagné par la pianiste Naoyo Yakushi, jouant parfois d'objets amplifiés, pour créer un univers sonore singulier autour de Misuzu, danseuse aux deux visages semblant sortir des ténèbres butō.

Infos pratiques

Réservation obligatoire en cliquant sur les liens suivants :

Vendredi 15 novembre
Entrée : 7 € *

Samedi 16 novembre
Entrée : 9 € *

Vendredi 15 novembre et samedi 16 novembre
Billet couplé : 10 € *

*avec billet d’entrée pour l’exposition en cours, valable durant toute la durée de celle-ci.

Pour plus d'informations : contact@le-bal.fr

Partager

En lien

Les infamies photographiques de Sigmar Polke

Du 13 septembre au 22 décembre 2019

Quelques pas dans les ténèbres

Présentation de l'Ankoku Butô & projection de films

Vendredi 15 novembre 2019 - 19h30

Concert de Shin'ichi Isohata

Concert et danse

Samedi 16 novembre 2019 - 20h30

Aller plus loin