La persistance des images

Le 21 et 22 octobre 2013

Canal Street, de la série Less Américains, 2013

Mishka Henner

À partir d'une problématique chaque année renouvelée, ce séminaire transdisciplinaire envisage les enjeux de l'image-document et appréhende ce que peut recouvrir dans toute sa diversité et complexité la notion de document associée à différents champs d'études. Des études de cas sont dispensées par des invités de renom issus de différents champs de la connaissance et de l'histoire des formes.

« Parmi les images qui passent, s’échappent ou disparaissent dans un flux, certaines sont persistantes. C’est d’ailleurs le fondement de l’invention de la photographie : l’histoire d’une image fugace qu’on a forcé à se fixer. Bien au-delà de la photographie et de sa technique, la persistance des images interroge la perception que l’on a de ce flux. Qu’elle soit mentale, photographique, cinématographique ou de toute autre nature, la question se pose de savoir pourquoi une image s’inscrit dans la durée, comment elle s’installe dans la mémoire. Pourquoi se souvient-on de certaines images plus que d’autres ? Comment ces images parviennent-elles à se fixer dans la conscience et le cerveau du spectateur ? Comment sont-elles travaillées par les artistes visuels et comment l’écrivain s’en saisit-il ? Quels liens la psychanalyse permet-elle de nouer entre l’image persistante et l’image traumatique ? Comment certains événements persistent-ils dans la mémoire collective sous la forme d’images matricielles ? »
Guillaume Le Gall, modérateur du séminaire
 

INTERVENANTS

Paul-Laurent Assoun, psychanalyste, professeur de psychopathologie à l'université Paris VII
Florent Brayard, historien, membre du Centre de Recherches Historiques (EHESS/CNRS)
Pascale Cassagnau, responsable des fonds audiovisuels et nouveaux médias au Centre national des arts plastiques
Jérôme Dokic, philosophe, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales
Yasmine Eid-Sabbagh, en doctorat à l’Académie des beaux-arts de Vienne, membre de la Fondation Arabe pour l’Image
Michel Gauthier, critique d’art, conservateur au service des collections du Musée national d’art moderne (MNAM-CCI), Centre Pompidou
Mishka Henner, artiste britannique
Camille Henrot, artiste, lauréate du Lion d’argent à la 55e Biennale de Venise
Morad Montazami, historien de l’art moderne et contemporain, en doctorat à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et rédacteur en chef de la revue Zamân, espace d'études post-orientalistes
Federico Nicolao, écrivain philosophe
Arnault Pierre, professeur en histoire de l’art contemporain à l’université Paris IV – Paris-Sorbonne, critique d’art et commissaire d’exposition
Alexander Streitberger, professeur en histoire de l'art à l'université catholique de Louvain – UCL, et directeur du Lieven Gevaert Research Center for Photography
Tanguy Viel, écrivain. Il a notamment publié en 2013, La Disparition de Jim Sullivan, aux Éditions de Minuit

Infos pratiques

Le séminaire a lieu à L'EHESS
École des Hautes Études en Sciences Sociales
105, Bd Raspail 75006 Paris

Gratuit sur inscription
250 places
Les frais de transport, d’hébergement, de restauration ne sont pas pris en charge.

Formulaire de préinscription à envoyer à fabriqueduregard@le-bal.fr avant le 30 septembre 2013.

Partager

En lien

La persistance des images

Les Carnets du BAL # 5

Aller plus loin